Agenda

Le Musée Hergé est ouvert le mardi 1er mai !

Mardi 1er mai 2018
Cadeau : Les 77 premiers visiteurs recevront un brin de muguet ! Soyez nombreux !

Louvain-les-bulles ! Le Festival BD de Louvain-la-Neuve !

5 et 6 mai 2018
Le week-end des 5 et 6 mai 2018, Louvain-les-bulles fête la bande dessinée à Louvain-la-Neuve !

Entrée gratuite pour tous & animation !

Dimanche 6 mai 2018
Comme chaque premier dimanche de chaque mois, l'entrée est gratuite pour tout le monde au Musée Hergé à Louvain-la-Neuve !

Actualités

Tickets combinés - Train / Visite du Musée Hergé

Le trajet en train et votre entrée pour le Musée Hergé à un tarif très avantageux !

L’Œuf ou… la Pie ?

Focus
Dans les années cinquante, à l’occasion des grandes fêtes du calendrier, le journal Tintin offrait à ses lecteurs de superbes couvertures dessinées par Hergé...

L’Œuf ou… la Pie ?

Focus

La fête de Pâques, tout un art.

Dans les années cinquante, à l’occasion des grandes fêtes du calendrier, le journal Tintin offrait à ses lecteurs de superbes couvertures dessinées par Hergé. Il faut souligner que le père de Tintin ne reculait pas devant l’effort pour offrir au public des compositions aussi originales que remarquables dans leur composition. Pour la fête de Pâques, on découvre ainsi le héros, entouré des personnages vedettes de la série, dans de pittoresques décors aux couleurs chatoyantes. Poules, lapins en chocolat, œufs multicolores, jolies fleurs de printemps, rien ne manque au tableau. Et bien entendu, les cloches de Pâques sont de la partie. Avec le recul, on ne peut qu’éprouver un peu de nostalgie pour une époque où tout semblait si simple, aussi « simple » que la ligne claire inventée par Hergé… 

Le saviez-vous ?

Les œufs sont également présents dans les aventures de Tintin et pas seulement au petit déjeuner du héros. 

À la page 20 de l’album « L’Île Noire » dans la version couleur parue en 1942, ils sont utilisés avec une touche d’humour dans une suite de cases mettant en scène de courageux pompiers anglais et une pie voleuse. Réalisée en 1966, avec le précieux concours de Bob De Moor la refonte modernisée de cette séquence ne sera en aucune manière différente de l’ancienne, mis à part les modèles des véhicules des pompiers et les éléments du décor plus proches de la réalité du terrain. 

Elle n’a pas dit son dernier mot…

La pie bavarde débute sa première ponte à la fin mars ou au début du mois d’avril. Quelque fois en mai et, très rarement au mois d’août. C’est ce qui justifierait dans L’Île Noire la scène où les pompiers parviennent à récupérer la clé de leur garage dans le nid de l’oiseau. L’opération ne se fait pas sans dommages collatéraux : deux collègues restés au pied de l’arbre reçoivent des œufs sur la tête. Avec tout ce que cela suppose : des cheveux  façon omelette ! Une séquence qui se passe en plein été, un pommier garni de fruits rouges en atteste quelques pages plus loin dans le récit. Hergé n’aurait pas commis d’erreur dans sa présentation des faits.

Perché sur une branche, pas de quoi en faire un fromage sans doute, quoique…

Un oiseau au magnifique plumage noir et blanc, teinté de reflets bleutés, fait une discrète apparition dès la première case de l’album Les Bijoux de la Castafiore. Mais ce n’est que dans les dernières pages de l’histoire que le volatile dévoile sa vraie nature et que le lecteur découvre son implication dans le vol des joyaux de la diva. C’est bien une pie qui a fait le coup !

Contrairement à l’épisode de L’Île Noire, ce ne sont pas des sapeurs-pompiers qui vont chercher à atteindre le nid de cet oiseau chapardeur, mais bien Tintin lui-même, équipé du matériel du parfait arboriste-grimpeur. Hergé s’était documenté sur le matériel et sur la profession. C’est un certain Charles Van de Velde, exerçant son métier dans le Brabant wallon, qui lui en fournira l’occasion. Cet homme de métier prendra d’ailleurs la pose pour permettre au dessinateur de représenter Tintin en pleine ascension. Dans sa progression, le héros agira prudemment et prendra la peine de ne pas déranger la couvée de la petite voleuse. Après tout, l’objectif c’était de retrouver l’émeraude !

Les Bijoux de la Castafiore - Planche exposée au Musée HergéL’album Les Bijoux de la Castafiore plut beaucoup à un ami français d’Hergé, le philosophe, historien des sciences et homme de lettres Michel Serres. Pour ce grand intellectuel, le récit imaginé par le dessinateur est un bel exemple du phénomène de l’incommunicabilité entre les êtres humains, cela, malgré la multiplication des moyens sophistiqués de…communication !  

À relire de toute urgence :

L’Île Noire

Les Bijoux de la Castafiore

Hergé, côté jardin, un dessinateur à la campagne par Dominique Maricq, éditions Moulinsart.